Pauline Martin – Volleyball

« J’ai retrouvé progressivement mon niveau de jeu et je pratiquais avec moins de prise de tête ! »

Palmarès :

Jeune :
– Sélectionnée en équipe de France Minimes, Cadettes et Juniors
– 4ème mondiale de Beach-Volley (Catégorie -18 ans)
– Championne de France Cadettes (Arago de sete) et Juniors (Béziers Angels)
– Vice championne de France Juniors (Béziers Angels)
– Meilleure espoir aux interpoles (Pôle Boulouris)
– Elue meilleure joueuse (Juniors)
– Elue meilleure attaquante (Cadettes)

Sénior :
– Joueuse Professionnelle depuis 5 ans
– Joueuse Internationale Sénior depuis 3 ans
– Vice Championne de Coupe de France (Béziers Angels)

Témoignage :

Romain Thomas : « Tout d’abord félicitations, car ce n’était plus le cas depuis 2013, mais l’Equipe de France féminine de Volley-ball a décroché son billet pour l’Euro 2019 ! Comment as-tu vécu cette aventure ? »

Pauline Martin : « C’était une superbe expérience, nous avons beaucoup travaillé tout au long de cet été pour cet objectif, que nous avons décroché avec beaucoup de plaisir et de joie. Nous nous sommes concentrées sur nous et notre jeu, cela a porté ses fruits lors des matchs amicaux et surtout lors de la compétition. »

RT : « Tu es aujourd’hui incontournable en club et en Equipe de France, portant aisément le brassard de capitaine avec les bleues par exemple, comment pourrais-tu te décrire au sein de ces différentes équipes ? »

PM : « Je ne suis pas capitaine en club mais j’ai eu la chance de l’être en Equipe de France l’année dernière, c’était un rôle important mais je ne voulais pas que cela change quoi que ce soit dans l’équipe et pour l’équipe. Sur le terrain, je voulais et je veux toujours apporter une certaine sérénité, mais aussi de la joie à chaque point.

RT : « J’aimerai aborder plus particulièrement un sujet avec toi, car lorsque nous nous sommes rencontrés la première fois, tu venais de subir une grave blessure, t’écartant des terrains pendant de longs mois. C’est une période qui doit être très difficile à gérer, pleine de doutes, de frustrations et d’appréhensions ? Est-ce que tu pourrais nous en dire plus sur cette période délicate de ta carrière ? »

PM : « Cette blessure est survenue lors d’un match international en France, autant dire que cette mésaventure m’a fait descendre brutalement de mon petit nuage… mais avec le soutien de ma famille, de l’équipe et du staff sur place ce jour-là, ce fut un peu moins compliqué malgré beaucoup de douleur.
Une fois le diagnostic établit, ce fut la famille, mes kinésithérapeutes et mon chirurgien qui furent là pour moi tous les jours, ayant comme objectif de me remettre sur pieds, sur les terrains de volley le plus efficacement possible tout en prenant le temps que nécessite la guérison. Je les remercie encore pour leur patience et leur soutien.
C’était une période compliquée à gérer car il y avait le fait que le Championnat continuait en même temps que la rééducation. Cette rééducation est difficile, longue mais avec de la volonté et de la patience on y parvient. Je me disais que beaucoup de joueurs et joueuses ont également connu cette période et ils ont réussi à revenir sur les terrains, alors pourquoi pas moi ? Justement j’ai pu trouver beaucoup de soutien et d’optimisme dans le discours d’autres sportifs touchés comme moi, je les remercie encore d’ailleurs. Par la suite, j’ai pu à mon tour avoir ce rôle pour des joueurs ou joueuses blessés. »

RT : « En effet, un grand nombre de sportifs et sportives sont confrontés à ce genre de problématiques dans leur carrière, souvent privés de pratique plusieurs mois durant. Tu es l’exemple même d’un retour fulgurant sur les terrains, retrouvant les ressources nécessaires pour revenir et t’imposer à nouveau au plus haut niveau. Pourrais-tu nous parler de cette période et nous expliquer les étapes vécues ? Quels conseils pourrais-tu donner éventuellement ? »

PM : « Après la rééducation, j’ai repris le jeu avec ballon mais sans sauts dans un premier temps, sans trop de déplacement vers le sol, je devais me positionner en libéro, ce qui n’est pas du tout mon poste ! Puis avec la mise en confiance progressive et avec le temps, j’ai commencé progressivement les sauts d’attaque et de block.
C’était étrange au début mais après on se dit que l’on a fait cela tout au long de sa carrière, que l’on a sauté et attaqué des milliers de fois avant, que l’on sait le faire !
Je n’ai pas pu jouer tout de suite en Championnat de France donc j’ai du faire une année blanche, puis un jour, j’ai reçu une lettre de convocation en Equipe de France alors que je ne pensais pas être sélectionnée !
Je suis donc allée en Equipe de France, en me disant dans un premier temps que « cela allait me permettre de me préparer et de me retrouver, que cela me ferait travailler » puis finalement l’été passe, je fais toutes les compétitions et je me retrouve à jouer les matchs !
J’avais des hauts et des bas car dans les moments durs, je me disais « qu’avant je savais le faire, que je ne faisais pas ce genre de fautes ou d’erreurs », je me mettais donc la pression car j’étais en sélection, là où sont réunies les meilleures joueuses du pays, je voulais bien faire et ne pas les freiner… avec le temps et le soutien des filles justement, des entraîneurs et de la famille, j’ai retrouvé progressivement mon niveau de jeu et je pratiquais avec moins de prise de tête ! »

RT : « Tournons-nous vers l’avenir, c’est une nouvelle saison qui commence, avec une nouvelle équipe et donc de nouveaux objectifs j’imagine ? Peux-tu nous en dire plus ? »

PM : « Oui une nouvelle saison et un nouvelle équipe pour moi en quelques sortes, car je vais enfin pouvoir jouer pour ce club qui m’a beaucoup soutenu la saison précédente ! Nous souhaitons occuper le haut du tableau du Championnat de France et remporter la Coupe de France. Avec l’Equipe de France, nous allons nous retrouver lors de la période de Noël pour la deuxième partie de la poule de qualification ! »

RT : « Merci d’être revenu sur cette période de ta carrière et de nous avoir confié ces quelques mots. Bonne saison Pauline ! »